The Delano Orchestra

Photo BD

 

The Delano Orchestra est un groupe à part. Formé de six musiciens, de guitares puissantes, d’un violoncelle, d’une trompette, cette petite troupe parvient à nous emporter dans leurs mélodies pop, dans la sincérité d’une écriture folk et personnelle, dans la puissance de leurs envolées électriques. Leur musique, dans un décor de monts et de lacs, offre un somptueux écrin aux témoignages écorchés de leur leader.

The Delano Orchestra nibtu MD

NIBTU / 2016

Cinéma, expérience, fiction, littérature ? Une photo intimement lynchéene de Julien Magre illustre le sixième album de The Delano Orchestra dont le mystère du titre « NIBTU » s’inscrit sur une multiplicité de territoires explorés. En toile de fond, ces dix chansons ont été conçues comme une adaptation des scènes de la tétralogie Marie Madeleine Marguerite de Montalte, cycle romanesque amoureux de l’écrivain belge Jean-Philippe Toussaint. La collaboration avec l’auteur a donné lieu à la création scénique M.M.M.M.

______________________________________

MVAT MVCT MLWY / 2013

Une pièce instrumentale composée pour un ensemble de chambre de six solistes – violoncelle, violons, piano, trompette. Véritable réflexion sur le temps et ses variations, ce prolongement musical, qui mêle de nouvelles compositions à la réorchestration de thèmes des précédents albums, invite l’auditoire à prendre le temps et à se plaire dans son suspens. Au centre des nappes atmosphériques déployées, les cordes et les pianos sont introduits avec légèreté et dépouillement pour servir une douce intensité. Par la transcription intime des sensations générées par les premières pluies automnales, le tremblement des feuilles sous le vent, la friction des herbes hautes sur les jambes et le frémissement des fourmis volantes estivales, on assiste à une formidable émancipation – une ritournelle amoureuse tout en retenue.

 ______________________________________

EITSOYAM / 2013

Un quatrième album dans lequel guitares rageuses reprennent leurs droits dans des compositions rock brutes. Une promenade romantique et sensuelle qui commence par des bruits de pas dans la neige pour s’évanouir dans un bain de soleil. Fort de sentiments nouveaux et de motifs amples et colorés, il est fait le récit d’une plénitude retrouvée « Il y a la douceur, le jeu, le mystère, la sensualité, il y a TOUT ».

___________________________________

NOW THAT YOU ARE FREE MY BELOVED LOVE / 2010

Le troisième album du groupe a été enregistré en une seule prise le 22 février 2010. Un film par le chanteur du groupe accompagnera ce projet très personnel.

TOP ALBUM LIBERATION, TOP ALBUM RUE89 (24ème)

______________________________________

WILL ANYONE ELSE LEAVE ME ? / 2009

The Delano Orchestra profite d’un hiver neigeux pour confectionner un deuxième album puissant et lumineux ; un recueil de chansons folk, de montées électriques et d’orchestrations riches et surprenantes. La comparaison souvent faite avec Sigur Ros, Sufjan Stevens ou Arcade Fire se délite pour laisser place à une identité propre et qui ne tardera pas à s’inscrire dans le temps.

_______________________________________

A LITTLE GIRL, A LITTLE BOY & ALL THE SNAILS THEY HAVE DRAWN / 2008 / ALIENOR RECORDS

Enregistré dans une boucherie désaffectée, en une journée, ce premier album a été salué par l’ensemble de la presse (Les Inrockuptibles, Magic, Télérama, Libération, Le Monde, Géo…).


PRESSE

« Le nouvel album de The Delano Orchestra, qui succède de peu au brillant EITSOYAM (2013), occupe une place à part dans la discographie du groupe clermontois. Il convient donc de laisser ses œillères au vestibule avant de plonger dans ce grand disque sans âge, dont la seule ambition tient au plaisir horizontal d’une écoute sensuelle sous les draps. Soulignées par des chœurs élégiaques et quelques poignées de notes égrenées au piano, ces six mélodies se déploient sur de longues plages qui laissent sans voix. » MAGIC RPM (mai 2013).

« Dans la logique propre à The Delano Orchestra, groupe en marge du temps qui cavale et hurle, ce grand album sort au printemps. C’est dire comme on rêve fort sur ces longues pièces ambient, où le bruit des sources et les tremblements du granit semblent aussi influents que les belles cordes… » Les Inrockuptibles (avril 2013).

« Une invitation à d’inoubliables promenades en forêt et autres baignades sous la lune, le tout en charmante compagnie » MAGIC RPM (janvier 2013)

« EITSOYAM se révèle ainsi un album exalté et sensuel, qui oscille tout du long entre comptines et murs du son » MOUVEMENT (28 janvier 2013)

« Son physique longiligne laisse imaginer une fragilité ténébreuse, d’abord concentrée sur l’intimisme d’une musique imprégnée de fantasmes américains. Pourtant, si les chansons d’Alexandre Rochon et de son groupe, The Delano Orchestra, possèdent une gravité anglophone, c’est en artiste-artisan- entrepreneur, responsable du label Kütu Folk, la seule maison de disques à avoir été sponsorisée par les machines à coudre Singer, qu’il s’active en Auvergne. » Le Monde (12 mars 2012)

« La petite entreprise a publié l’un des albums les plus inspiré de l’année 2010, l’intense Now That you are free my beloved love de The Delano Orchestra… » Le Monde (25 janvier 2011)

« Emmené par le boss de Kütu Folk himself, Alexandre Rochon, le Delano Orchestra prenait la relève avec une préciosité (c’est un compliment) post-folk- rock encore plus manifeste que sur leurs trois albums. L’univers habité de ces Auvergnats est d’une grande richesse, qui passe de l’emphase à l’intimité, de la pompe débridée au minimalisme presque chuchoté. Superbe et émotionnellement chargé. » Libération (4 décembre 2011)

« A la tête du mini label Kütu Folk, basé à Clermont-Ferrand, Alexandre Rochon sort un troisième album sombre et splendide. Comme si, toutes proportions gardées, «les souffrances du jeune Werther» repassaient en boucle rock-folk. » Libération ( 5 janvier 2010)

« Secret trop bien gardé de la scène folk-rock indé clermontoise, The Delano Orchestra réussit à ouvrir des horizons cinémascopes là où tant d’autres les laissent juste entrevoir en timbres-poste. Troisième album en trois ans, Alexandre Rochon diffuse un romantisme qui n’aromatise pas, une sincérité qui ne «sirupe» pas. Now That… charie un formidable flow de furie contenue et de déchirure intimes. » Libération (17 décembre 2010). TOP 30 Albums 2010.

« Du folk auvergnat… Annoncé comme ça, ce peut être casse-gueule… Mais dans le cas des « Delano Orchestra », c’est plutôt délectable, réussi, avec une écriture maîtrisée et des mélodies suaves. Un disque qui coule de source, doucement, et qui permet de voyager, bien au-delà de Volvic et de «Cocoon » (une des références folk made in France). » Rue 89. TOP Albums 2010.

« The Delano Orchestra emprunte, avec une régularité qui force l’admiration, les mêmes voies tracées sur ses deux premiers albums. Un folk délicat marqué par le slowcore et de rares déflagrations. […] Enregistré en une seule prise de quarante-six minutes, Now That You Are Free My Beloved Love est un long et sinueyx fleuve imaginaire perturbé de quelques méandres, glaciers à la dérive et geysers sur le rivage. » MAGIC RPM (novembre 2010)

« Ce deuxième album séduit d’emblée par sa richesse orchestrale et son amplitude sonore. Cultiver sa différence plutôt que de singer Mogwaï, Arcade Fire, Sufjan Stevens ou Sparklehorse, tel semble être leur mot d’ordre. Grand disque sur l’amour et ses déboires, le bien nommé Will anyone else leave me ? en connaît un rayon sur le sujet. Le regretté Elliott Smith aurait apprécié. » MAGIC RPM.

« L’héritage parle sans chercher à imiter : oui, Sparklehorse, Elliot Smith et Sigur Ros y sont forcément pour quelque chose. » LA BLOGOTHEQUE.

Une démarche indépendante et artisanale, un refus des poses et des modes, de l’audace mélodique et beaucoup d’enthousiasme.» XROADS.