A Grave With No Name

agwnn-press-2-mini

A Grave With No Name rend hommage à vingt années d’indie rock dans un album bouleversant et parfaitement maitrisé. A Grave With No Name mine their own distinctive vein of haunted, freaked art rock, tracing delicate fissures in the emotional radiography of loss and longing to spellbinding effect.

LES INROCKUPTIBLES : 4/5

« Premier album chez Kütu pour ces Londoniens sous influence de l’éther. À se laisser guider par le titre, on aurait imaginé, en écoutant Whirlpool (“Tourbillon”), pénétrer l’univers sombre et destroy d’un groupe dépressif, souffrant à chaque note. On aurait eu tort. Le monde suggéré par A Grave With No Name, aussi étrange qu’entêtant, est autrement plus éthéré, plus flottant aussi. Impression confirmée dès le deuxième morceau (le magnétique Aurora), où le groupe londonien inscrit ses pas dans ceux d’aînés imposants (The Jesus & Mary Chain, Cocteau Twins), mais sans jamais avoir à en rougir. C’est que les trois Anglais visent haut. Qu’ils parent leur dream-pop de riffs bruitistes, d’élégance suave ou d’arrangements luxuriants, Alex Shields et ses troupes font preuve d’une constante inventivité, livrant ainsi un troisième album sensoriel étonnant, à la fois sépulcral et vaporeux, sublimé par des rengaines indie-pop aussi foudroyantes que Steps ou Bored Again. »                Maxime Delcourt, le 23 octobre 2013.

FACEBOOK | TWITTER | BANDCAMP